chapitre 10 : le partage inégal des revenus et du patrimoine des ménages

CHAPITRE 10 LE PARTAGE INEGAL DES REVENUS ET DU PARTIMOINE DES MENAGES

 

I La formation des revenus des ménages

 

 

A) La répartition primaire des revenus

On appelle répartition primaire la répartition de la richesse créée dans une économie entre les différents acteurs ayant directement participé à la production. La richesse créée est évaluée par le PIB (produit intérieur brut), qui correspond à la somme des valeurs ajoutées des entreprises présentes sur le territoire de référence.

 

On peut schématiquement distinguer deux facteurs de production essentiels : le capital et le travail, qui contribuent à la création de valeur ajoutée au sein des entreprises. L’ensemble de cette valeur ajoutée est réparti entre la rémunération de ces facteurs de production et les prélèvements des administrations publiques (car elles perçoivent à ce stade des impôts sur la production réalisée).

 

Les deux bénéficiaires principaux de la répartition primaire sont donc :

- Les ménages, qui perçoivent des revenus d’activité (salaires, traitements), des revenus de la propriété (loyers, dividendes) et des revenus mixtes (revenus des entrepreneurs individuels et professions libérales).

- Les entreprises, qui réalisent un profit (généralement évalué par l’excédent brut d’exploitation, correspondant à la différence entre le chiffre d’affaires réalisé et les charges supportées).

 

Si l’on considère simplement la valeur ajoutée brute revenant aux entreprises et aux salariés, la répartition est d’environ 2/3 pour les salariés (65% en 2007) et 1/3 pour les entreprises (36% en 2007).

Si l’on considère la valeur ajoutée nette (qui tient compte de l’usure du capital), les salariés en reçoivent environ 80% et les entreprise environ 20%.

Le partage de la valeur ajoutée créée entre salaires et profits est relativement stable dans le temps et dans l’espace : le rapport 2/3-1/3 est en effet a peu près le même dans tous les pays développés, et a peu varié depuis les années 1970.

 

Ceci posé, le débat sur la répartition de la valeur ajoutée est important, car les sommes en jeu restent considérables. Dans le cas de la France par exemple, 1% de la valeur ajoutée représente près de
17 milliards d’euros…

 

B) La redistribution ou répartition secondaire

 

La répartition primaire est rarement socialement satisfaisante : elle est en général très inégalitaire, et ne concerne que les agents économiques qui contribuent directement à la production, ou disposent d’un patrimoine dont ils tirent un revenu. C’est pourquoi les autorités publiques décident en général de procéder à une correction de cette répartition primaire par le biais de politiques de redistribution.

 

La redistribution s’opère par un système de prélèvements obligatoires, qui viennent financer des transferts sociaux. Les revenus primaires des ménages s’en trouvent modifiés : leur revenu disponible peut devenir supérieur ou inférieur à leur revenu primaire.

Le revenu disponible (après impôts) se calcule de la manière suivante :

Pour les salariés : RD = Salaires + revenus du patrimoine + prestations sociales – impôts.

Pour les actifs non salariés : RD = Revenus d’activité + revenus du patrimoine + prestations sociales – impôts.

Pour les inactifs : RD =  revenus de transfert et prestations sociales + revenus du patrimoine – impôts.

 

La notion de pouvoir d’achat est souvent mobilisée dans les débats sur le revenu des agents : l’INSEE calcule le pouvoir d’achat du revenu disponible brut. Il s’agit du revenu réel qui reste à la disposition des ménages pour la consommation et l’épargne : il se calcule en déduisant l’augmentation des prix (l’inflation) de la croissance du revenu disponible brut.

 

II Les inégalités de revenus et de patrimoines en France

 

A) Les principaux outils de mesure des inégalités

 

Les principaux outils de mesure des inégalités sont calculés en prenant appui sur la distribution des revenus des agents dans une économie donnée et sur une période donnée :

 

Le rapport interdécile est une méthode simple d’évaluation des inégalités, consistant à diviser le revenu moyen des individus appartenant au dernier décile (les 10% les plus riches) par le revenu des individus appartenant au premier décile (les 10% les plus pauvres). Plus le rapport interdécile est élevé, plus les inégalités sont fortes pour la population concernée.

La courbe de Lorentz met en relation les pourcentages cumulés des revenus et/ou des patrimoines et de la population. Plus la courbe est creusée (éloignée de la bissectrice), plus la répartition est inégalitaire.

 

 schéma

 

Le coefficient de Gini est un outil déduit de la courbe de Lorentz, couramment utilisé pour mesurer les inégalités : il correspond au rapport entre la surface comprise entre la courbe de Lorenz et la bissectrice (surface A sur le schéma) et la surface totale du demi carré délimité par la bissectrice, l’axe des abscisses et l’axe des ordonnées. Sa valeur est comprise entre 0 et 1. Plus l’indice se rapproche de 1, plus la distribution est inégalitaire.

 

 

B) La situation des inégalités en France

 

En France, les inégalités de patrimoine sont plus fortes que les inégalités de revenus : 10% des ménages détiennent plus de 45% du patrimoine total. La France fait partie des pays développés dans lesquels les inégalités de revenus sont relativement stables, et situées légèrement en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE. Le Danemark et la Suède présentent un très faible niveau d’inégalités. Les pays les plus inégalitaires sont les pays anglo-saxons, l’Italie et le Portugal. La France se situe dans une position médiane, après les pays du Nord de l’Europe mais devant l’Allemagne, l’Australie ou l’Espagne.

 

 tableau

 

Source : OCDE

 

III Quels liens entre croissance économique et inégalité de revenus ?

 

A)   La courbe de Kuznets

 

Sur le long terme, l’économiste américain S. Kuznets a mis en évidence une relation entre la croissance économique et l’évolution des inégalités de revenus (mesurées par le coefficient de Gini). Cette relation prend la forme d’une courbe en cloche :

 

 schéma

 

Lors des phases de décollage économique, la croissance s’accompagne d’un fort accroissement des inégalités de revenus. L’enrichissement progressif de la population (permis par la hausse de la productivité du travail) réduit ensuite peu à peu les inégalités.

Une croissance régulière et soutenue doit donc conduire en longue période à une réduction des inégalités de revenus et à un recul de la pauvreté.

 

B) Croissance et pauvreté

La relation de Kuznets est schématiquement vérifiée dans le cas de la France, depuis l’après-guerre jusqu’aux années 2000 : le taux de pauvreté a par exemple fortement baissé, surtout à partir des années 1970.

On constate toutefois une stagnation à partir des années 2000 : les inégalités se stabilisent et la pauvreté ne recule plus, malgré une croissance économique significative.

Un indice de cette stagnation est le développement du phénomène des « travailleurs pauvres » : ce sont des actifs dont la rémunération est insuffisante pour permettre au ménage auquel ils appartiennent de dépasser le seuil de pauvreté. L’INSEE estime que 9,2% des actifs peuvent être considérés comme des travailleurs pauvres (données de 2005, pour un seuil de pauvreté égal à 60% de la médiane des niveaux de vie).

 

Commentaires (1)

1. Vanessa 14/06/2015

Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet !
Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?


Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez. Voici le lien: http://revenumensuel.com/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site