chapitre 1 : logique entrepreneuriale et logique manangériale

CHAPITRE 1 LOGIQUE ENTREPRENEURIALE

 ET LOGIQUE MANAGERIALE

 

I LA LOGIQUE ENTREPRENEURIALE : UN ETAT D’ESPRIT ET UNE DEMARCHE

 

A. ENTREPRENEURIAT ET LOGIQUE ENTREPRENEURIALE

1. L’entrepreneur selon Joseph Schumpeter

Pour Joseph Schumpeter, un entrepreneur est un agent économique dont la fonction est d’exécuter de

nouvelles combinaisons de production qui correspondent à de nouveaux objets de consommation, de

nouvelles méthodes de production, de nouveaux marchés ou de nouveaux types d’organisation industrielle.

Pour réaliser ces nouvelles combinaisons, l’entrepreneur doit être capable de percevoir les opportunités,

de savoir comment les exploiter et d’en tirer de la valeur.

2. Une définition de l’entrepreneuriat

L’essence de l’entrepreneuriat correspond à la faculté d’identifier et de faire fructifier une valeur marchande en faisant coïncider une innovation et un besoin.

L’entrepreneuriat renvoie à la fois à un état d’esprit et à une dynamique d’action. L’esprit entrepreneurial a pour qualités : la prise de risques, l’esprit d’initiative, la force de conviction, la pugnacité… Mais au-delà de ces caractères qui traduisent plutôt un tempérament, l’entrepreneur se distingue par sa capacité à appréhender le changement, à y repérer des opportunités de développement et à faire advenir quelque chose de nouveau.

3. La logique entrepreneuriale

La logique entrepreneuriale est un processus complexe de détection et d’exploitation d’opportunités. Ce

processus implique toujours la capacité d’identifier, d’exploiter et de tirer profit des opportunités qui peuvent naître sur un marché et de les exploiter pour créer de la valeur.

 

B. DE LA LOGIQUE ENTREPRENEURIALE AU PROCESSUS ENTREPRENEURIAL

1. Les moteurs du processus entrepreneurial

– L’investissement correspond à l’engagement de diverses ressources : financières, matérielles, connaissances, expérience, temps, qualités personnelles et compétences propres à l’entrepreneur ;

– l’organisation implique la combinaison des ressources et des compétences pour obtenir de la valeur ;

– l’innovation doit répondre aux besoins du marché. Il peut s’agir :

• d’un produit nouveau qui n’existait pas auparavant ou qui présente des caractéristiques nouvelles le

rendant nettement plus performant, plus attrayant ou plus original aux yeux des clients ;

• d’un service nouveau fondé sur un savoir-faire spécifique ;

• d’un procédé nouveau reposant sur la mise en œuvre de méthodes de production ou de distribution

nouvelles.

2. Les grandes phases du processus entrepreneurial

– Phase 1 : recherche d’une idée ou d’une opportunité à exploiter par la création ou la reprise d’entreprise.

– Phase 2 : adéquation entre l’idée ou l’opportunité et le projet personnel.

– Phase 3 : validation de l’idée ou concrétisation de l’opportunité sous forme d’un projet cohérent.

– Phase 4 : analyse du marché et diagnostic éventuel des ressources pour vérifier la faisabilité du projet.

– Phase 5 : choix de l’ensemble des moyens nécessaires : ressources financières, plan d’affaires ou de

reprise (« business plan »), structure juridique.

– Phase 6 : accomplissement des démarches et formalités administratives et légales.

– Phase 7 : démarrage de l’activité.

– Phase 8 : choix, réalisation et contrôle de la stratégie de développement.

 

II. L’ARTICULATION ENTRE LES LOGIQUES ENTREPRENEURIALE ET MANAGERIALE

 

A. LES DISTINCTIONS ENTRE LOGIQUE ENTREPRENEURIALE ET LOGIQUE MANAGÉRIALE

 

1. Les composantes de la logique entrepreneuriale

La logique entrepreneuriale comprend quatre grandes composantes :

– l’exploitation d’une opportunité d’affaires ;

– l’organisation et la mobilisation de ressources ;

– la création de valeur et la pérennité de l’organisation ;

– l’innovation à l’origine de la création de valeur.

La logique entrepreneuriale articule logiquement ces quatre composantes :

– pour exploiter une opportunité d’affaires, il faut organiser et mobiliser des ressources ;

– pour que cette organisation dure, il faut créer de la valeur pour ceux qui la font vivre (parties prenantes) ;

– pour créer de la valeur et garantir la pérennité de l’organisation, il faut innover ;

– pour innover, il faut rechercher et exploiter des opportunités d’affaires.

2. Les fondements de la logique managériale

La logique managériale s’applique surtout dans les grandes entreprises cotées caractérisées par une

séparation entre les propriétaires de l’entreprise ou actionnaires et leurs dirigeants appelés managers. Les actionnaires délèguent aux dirigeants un mandat de gestion de leurs droits de propriété. Les dirigeants prennent les décisions de gestion dans l’objectif de faire fructifier les capitaux en développant la performance de l’entreprise. Il s’agit essentiellement de gérer des activités relevant de la recherche du profit et de la réduction des coûts, c’est-à-dire des activités sources d’efficience.

La logique managériale est donc confrontée au problème d’allocation des ressources, et le rôle du manager consiste à agir dans le court terme pour adapter les compétences et les ressources et à délibérer selon des règles établies. En ce sens, la logique managériale se veut avant tout rationnelle et non créative comme la logique entrepreneuriale.

 

B. LES DISTINCTIONS FONDAMENTALES ENTRE ENTREPRENEUR ET MANAGER

L’entrepreneur investit le plus souvent son propre argent, alors que le manager agit dans le cadre du budget de l’entreprise et doit maximiser l’utilisation des ressources qui lui sont confiées.

L’entrepreneur choisit librement ses collaborateurs, ce qui n’est pas toujours le cas pour un manager.

L’entrepreneur définit et met en œuvre des stratégies souvent audacieuses et risquées sur le moyen/long

terme tandis que le manager met en œuvre la stratégie définie dans le cadre de la politique générale de

l’entreprise.

 

III. La logique entrepreneuriale dans les grandes entreprises

 

A. POURQUOI UNE LOGIQUE ENTREPRENEURIALE DANS LES GRANDES ENTREPRISES ?

1. Développer la compétitivité face à la concurrence mondiale

Pour maintenir leur compétitivité face à la concurrence et développer de nouvelles stratégies, les grandes entreprises doivent faire preuve :

– d’une capacité de repérer de nouvelles opportunités ou des changements significatifs ;

– d’une capacité d’innovation permanente pour favoriser l’émergence de nouvelles « combinaisons » ;

– d’une capacité de réaction instantanée par la flexibilité et l’adaptabilité de leurs structures et de leurs

compétences.

2. S’adapter rapidement et efficacement aux changements environnementaux

D’autres facteurs poussent une grande entreprise à adopter une orientation entrepreneuriale :

– l’exploitation de toutes les opportunités traditionnelles et la raréfaction des opportunités de développement ;

– la rapidité des changements technologiques qui rend rapidement obsolètes certains produits ou certaines activités ;

– le changement des styles de vie, des normes de consommation, du comportement des consommateurs…qui rendent les besoins très versatiles ;

– le contexte politique dont les décisions affectent la concurrence à travers la déréglementation, les exigences de sécurité et les nouvelles normes…

 

B. LES CONDITIONS DE RÉUSSITE D’UNE LOGIQUE ENTREPRENEURIALE

DANS LES GRANDES ENTREPRISES

La logique entrepreneuriale dans une grande entreprise ou intrapreneuriat peut prendre plusieurs formes.

Pour maintenir et optimiser la logique entrepreneuriale dans une grande entreprise, il faut :

– accorder la priorité à la recherche et à l’exploitation d’opportunités ;

– mettre en place une structure souple et flexible au service des opportunités et des stratégies ;

– faire évoluer rapidement les stratégies de l’entreprise et de la direction en fonction des opportunités ;

– décentraliser la prise de décision en faveur de ceux qui peuvent exploiter une opportunité ;

– exiger des résultats par une transformation de l’opportunité en valeur ;

– répartir les ressources pour éliminer toute rétention d’information ;

– rendre les informations accessibles et faire émerger les opportunités ;

– encourager les personnes à mettre en commun leur savoir, leurs compétences, leurs talents… ;

– permettre aux personnes qui le souhaitent de concrétiser un projet ;

– s’assurer que les personnes et les équipes reçoivent la formation et le soutien nécessaires à leurs activités ;

– mettre en place une culture d’entreprise tournée vers l’innovation et la prise de risques ;

– etc.

Commentaires (6)

1. Guitariste35 25/10/2012

Bon résumé même si vous parlez plus de l'entrepreneur que du manager

2. achraf (site web) 26/10/2012

merci , j'avais besoin <3

3. moukoussi 02/12/2012

quelle est la difference entre logique manageriale et logique entreprenariat?

4. doug (site web) 06/12/2012

c'est gentil mais vs parlez moins de la logique managériale.j 'aurai bien voulu avoir la logique manageriale

5. fomekong Ngouana 13/08/2013

quelle est la difference fondamental qui existe entre l'esprit d'entreprise et l'esprit entrepreneurial?

6. Vanessa 15/06/2015

Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet !
Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?


Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez. Voici le lien: http://revenumensuel.com/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site