chapitre 3 : définition et évaluation de la performance

CHAPITRE 3 DEFINITION ET EVALUATION DE LA PERFORMANCE

 

I Définition de la performance

 

A. EFFICACITÉ ET EFFICIENCE

1. La notion d’efficacité

Le concept de performance intègre d’abord la notion d’efficacité, c’est-à-dire l’idée d’entreprendre et de mener une action à son terme. La performance consiste donc à obtenir un certain résultat conformément à un objectif donné.

Dans une entreprise, l’objectif doit être :

– en cohérence avec la finalité de l’entreprise ;

– préalablement défini et mesurable ;

– accompagné du résultat attendu.

L’objectif n’est pas nécessairement quantifié, mais le résultat doit être mesurable.

2. La notion d’efficience

Le concept de performance intègre ensuite la notion d’efficience, c’est-à-dire l’idée que les moyens utilisés pour mener une action à son terme ont été exploités avec un souci d’économie.

Une action sera donc considérée comme efficiente si elle permet d’obtenir les résultats attendus au moindre coût.

La performance est un résultat optimal obtenu par l’utilisation la plus efficiente possible des ressources mises en œuvre. La performance est donc toujours une notion relative.

En résumé, la performance renvoie à la capacité de mener une action pour obtenir des résultats conformément à des objectifs fixés préalablement en minimisant (ou en rentabilisant) le coût des ressources et des processus mis en œuvre.

B. LES LIENS ENTRE PERFORMANCE ET STRATÉGIE

1. L’articulation stratégie / performance

Dans une entreprise, la performance mesure l’adéquation entre les objectifs stratégiques initialement définis et les résultats effectivement atteints.

Mais la performance constitue également le critère d’évaluation de la stratégie de l’entreprise puisqu’elle prend en compte les ressources mobilisées pour atteindre les objectifs stratégiques. Le plus souvent, les objectifs de performance précèdent la stratégie, mais la stratégie peut parfois précéder les objectifs de performance.

2. Le rôle du management

La fonction essentielle du management est d’obtenir des résultats de manière performante conformément aux objectifs stratégiques. Ces objectifs stratégiques doivent être clairs et partagés par tous ceux qui contribuent à leur réalisation et, par conséquent, à la finalité de l’entreprise. Pour être performants, les acteurs de l’entreprise doivent avoir des objectifs personnels en cohérence avec les objectifs spécifiques de l’entreprise.

La performance globale d’une entreprise suppose la combinaison de performances individuelles et de performances collectives. Elle intègre désormais trois grands domaines de performance : la performance économique, la performance sociétale et la performance environnementale.

 

II. L’évaluation de la performance

 

A. LA DÉFINITION DES CRITÈRES DE PERFORMANCE

La complexité actuelle du management requiert du dirigeant d’entreprise un contrôle de la performance sous plusieurs angles simultanément. C’est pourquoi l’évaluation de la performance d’une entreprise nécessite la définition de critères prenant en compte ce que les différentes parties prenantes (actionnaires, clients, salariés et société civile essentiellement) attendent de l’entreprise.

L’une des fonctions du management est donc de concilier des critères de performance pouvant être contradictoires afin d’évaluer la performance globale de l’entreprise. Les critères de performance doivent intégrer plusieurs dimensions : court terme et long terme ; quantitatif et qualitatif ; individuel et collectif ; local et global…

La mesure de la performance d’une entreprise, c’est l’évaluation quantitative et qualitative de l’activité. La qualité se mesure par la satisfaction des clients, la conformité des produits, l’efficacité des processus et la mobilisation des salariés.

B. LE TABLEAU DE BORD PROSPECTIF (TBP)             (revoir le tableau dans le livre

1. Un éventail d’indicateurs pour améliorer la performance)

Les entreprises devenant de plus en plus complexes et concurrentielles, les indicateurs financiers traditionnels de la performance ne fournissent pas aux gestionnaires toutes les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions stratégiques ou courantes pertinentes et performantes.

Le tableau de bord équilibré rassemble des indicateurs financiers et non financiers portant sur la clientèle, les processus internes, l’apprentissage organisationnel, la valeur pour les actionnaires, la qualité, les relations avec la collectivité, etc.

Le tableau de bord équilibré permet aux gestionnaires d’améliorer plus rapidement, et de façon continue, la performance, facilite l’élaboration et l’exécution de la stratégie et renforce la transparence interne et externe en vue de la création de valeur.

Le tableau de bord prospectif (TBP) peut être assimilé à un plan organisationnel ou un plan d’exécution d’une stratégie. Les catégories critiques de la mesure de la performance s’articulent autour de quatre axes : résultats financiers, clients, processus internes et innovation et apprentissage. Les quatre axes du

TBP permettent d’établir un équilibre entre les objectifs à long terme, les résultats souhaités et les déterminants de ces résultats, entre des mesures objectives et des mesures subjectives.

Les indicateurs qui se retrouvent dans les quatre axes du tableau de bord équilibré de Kaplan et Norton forment un vaste ensemble de mesures financières et non financières visant l’exploitation de l’organisation.

Les dirigeants doivent utiliser les indicateurs pour convertir la vision et la stratégie en instructions concrètes à l’intention du personnel de l’organisation.

L’axe financier : ces indicateurs financiers permettent de déterminer si les intentions et la mise en œuvre de la stratégie contribuent à améliorer le résultat financier.

L’axe « clients » : ces indicateurs liés aux clients concernent principalement la satisfaction et la fidélité des clients existants et l’extension de la clientèle.

L’axe « processus internes » : ces indicateurs se focalisent sur les processus existants et nouveaux qui auront la plus forte incidence sur la satisfaction des clients et la réalisation des objectifs financiers de l’entreprise.

L’axe « apprentissage organisationnel » : ces indicateurs sont rattachés aux infrastructures que l’entreprise doit mettre en place pour améliorer la performance et générer une croissance à long terme.

2. Un outil de management stratégique

Une stratégie est un ensemble d’hypothèses sur des causes et leurs effets. Le TBP doit permettre de

visualiser les relations entre les objectifs (et leurs indicateurs de performance) dans les différents domaines suivis, pour que ces objectifs soient validés et qu’ils servent à accomplir les actions et à réaliser la stratégie.

Un bon TBP doit comporter des mesures de résultats et des déterminants de la performance. Les mesures doivent être nécessairement associées aux déterminants pour savoir comment obtenir les résultats.

Commentaires (2)

1. BOUMAZA 03/06/2012

je vous remercie beaucoup pour cet article intéressant et simple a comprendre c'est une source pour m'aidè a développé mon travail de fin d’étude merci encore

2. BASSAGA Kossi simle 22/05/2017

Merci pour l'article qui m'a permis d'augmenter mes connaissances en matière de GRH

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×