chapitre 2 : la mise à jour des stocks

P4 – chapitre 2 : LA MISE À JOUR DES STOCKS 

I-              qu’est ce qu’un stock ?

  • définition

stocks : il s’agit des biens ou services entrant dans le cycle d’exploitation de l’entreprise pour être vendus en l’Etat ou après production ou transformation ou être consommé à la première utilisation.

Ils doivent appartenir à l’entreprise, et celle-ci doit en être propriétaire au moment de l’inventaire, ce qui signifie en particulier que doivent être compris dans les stocks les produits en cours d’acheminement ou reçus, mais dont la facture n’a pas encore été comptabilisée, et à l’inverse doivent être exclus les produits qui ont été livrés aux clients mais non encore facturés.

 

  • distinction stock / immobilisation

La qualification de stock pour un bien ne dépend pas de la nature du bien, mais de sa destination : sont considérés comme des stocks les biens destinés à être revendus, et non à être conserves dans l’entreprise pour y être utilisés (immobilisation)

 

  • typologie

On distingue les stocks par leur origine :

Les approvisionnements

Matières premières et fournitures

Destinés à entrer dans la composition des produits fabriqués ou traités

31-

Matières consommables et fourniture

Consommé au première usage ou rapidement et qui concourent à la fabrication, au traitement ou à l’exploitation mais sans entrer dans la composition des produits traités ou fabriqués

32-

Emballages perdus et récupérables

 

326-

Les marchandises

Achetées pour être revendues sans transformations

37-

Les produits finis

Les produits intermédiaires : ont atteint un certain stade d’achèvement

Les produits finis : ont atteint un stade d’achèvement définitif

35-

Les en-cours de production

Sont issus du processus de production : ce sont des biens ou des services en cours de formation au travers d’un processus de production ou de production de service

33-

34-

 

II-            l’évaluation des stocks

L’entreprise doit obligatoirement procéder à l’inventaire physique (en quantité et en valeur) de ses stocks au moins une fois par an, à la clôture de l’exercice (code de commerce L123-12, PCG 410-8) : c’est l’inventaire intermittent.

Mais elle peut aussi faire un suivi comptable de ses stocks à tout moment par l’inventaire permanent.

A leur date d’entrée dans le patrimoine de l’entité, les biens acquis à titre onéreux sont évalués à leur coût d’acquisition, et les bien produits par l’entité sont comptabilisés à leur coût de production (PCG 321-1)

article PCG 321-20 : coût d’acquisition

Le coût d’acquisition des stocks est constitué du :

  • prix d’achat, y compris les droits de douane et autres taxes non récupérables, après déduction des rabais commerciaux, remises, escomptes de règlement et autres éléments similaires ;
  • ainsi que des frais de transport, de manutention et autres coûts directement attribuables à l’acquisition des produits finis, des matières premières et des services.

 Les coûts administratifs sont exclus du coût de production et d’acquisition à l’exclusion des coûts des structures dédiées.

 

article PCG 321-21 : coût de production

Le coût de production des stocks comprend les coûts directement liés aux unités produites, telle que la main d’œuvre directe. Il comprend également l’affectation systématique des frais généraux de production, fixes et variables, qui sont encourus pour transformer les matières premières en produits finis.

Les frais généraux de production fixes sont les coûts indirects de production qui demeurent relativement constants indépendamment du volume de production […] Les frais de production variables sont les coûts indirects de production qui varient directement, ou presque directement, en fonction du volume de production, tels que les matières premières indirectes et la main-d’œuvre indirecte.

Au minimum à la clôture on procède :

-        à l’inventaire physique des éléments restant en stock (on les compte)

-        à l’évaluation de ces éléments (évaluation à la valeur d’origine et à la valeur d’inventaire)

 

A/ CMUP après chaque entrée

Le coût moyen unitaire pondéré après chaque entrée est calculé après chaque entrée : on divise alors la valeur du stock restant, majoré du montant de l’entrée par la quantité de stock restant majoré de la quantité entrée.

Toutes les sorties sont effectuées à cette valeur jusqu’à l’entrée suivante.

 

B/ CMUP en fin de période

Le coût moyen unitaire pondéré fin de période est calculé à la fin delà période : on divise alors la valeur du stock de début de période, majoré du montant des entrées de la période, par la quantité du stock initial majorée des quantités entrées dans la période.

Toutes les sorties de stock de la période se font à la même valeur et ne peuvent être calculé qu’en fin de période.

 

C/ le PEPS (ou FIFO)

Les sorties se font dans l’ordre chronologique des entrées sans mélanger les éléments entrés à des dates différentes. Les sorties sont parfois valorisées à des prix unitaires différents

 

III-          la comptabilisation des stocks

 

A/ principes comptables

Le PCG prévoit la possibilité pour la valorisation des stocks d’utiliser une des méthodes indiquées ci-dessus (CMUP ou PEPS). Cette liberté de choix de la méthode de calcul pour laquelle l’entité doit se préoccuper simplement de respecter l’image fidèle des comptes s’accompagne de l’obligation de conserver la méthode choisie d’un exercice à l’autre, conformément aux permanences des méthodes.

Par ailleurs, comme pour l’ensemble des éléments d’actifs présentés à l’inventaire au bilan en fin d’exercice, l’évaluation des stocks doit être effectuées sur la base de leur valeur actuelle en appliquant le principe de prudence.

 

B/ écritures comptables

A la fin de l’exercice comptable, l’entreprise doit enregistrer dans sa comptabilité la valeur de son stock à la clôture des comptes, sur la base de l’inventaire physique réalisé.

Si elle fonctionne tout au long de l’année en inventaire permanent, elle n’aura qu’a ajuster éventuellement la valeur du stock calculé avec le stock réel constaté.

En inventaire intermittent, les stocks ne sont mouvementés comptablement que lors des écritures comptables d’inventaire, par une double imputation : on annule le SI et on constate le SF. (ci-dessous)

 

 

 

31/12/N

 

 

603 100

 

Variations de stocks de MP et fournitures

MP

 

603 210

 

Variations de stocks d’autres approvisionnements

AA

 

713 310

 

Variations de stocks de produits en-cours

PEC

 

713 550

 

Variations de stocks de PF

PF

 

603 700

 

Variations de stocks de marchandises

MAR

 

 

310 000

Stocks de MP et fournitures

 

MP

 

321 000

stocks d’autres approvisionnements

 

AA

 

331 000

stocks de produits en-cours

 

PEC

 

355 000

stocks de PF

 

PF

 

370 000

stocks de marchandises

 

MAR

 

 

Annulation du Stock Initial 

 

 

 

 

 

31/12/N

 

 

310 000

 

Stocks de MP et fournitures

MP

 

321 000

 

stocks d’autres approvisionnements

AA

 

331 000

 

stocks de produits en-cours

PEC

 

355 000

 

stocks de PF

PF

 

370 000

 

stocks de marchandises

MAR

 

 

603 100

Variations de stocks de MP et fournitures

 

MP

 

603 210

Variations de stocks d’autres approvisionnements

 

AA

 

713 310

Variations de stocks de produits en-cours

 

PEC

 

713 550

Variations de stocks de PF

 

PF

 

603 700

Variations de stocks de marchandises

 

MAR

 

 

Constatation du Stock Final 

 

 

 

C/ interprétation des variations de stocks

 

  • variation des stocks de MP, de marchandises et autres approvisionnements

 

Les comptes de stocks 31, 32 et 37 fonctionnent avec les comptes de variation de stock 603.

 

603

Le compte 603 est débiteur, c’est une charge supplémentaire pour l’exercice, ce qui signifie qu’il a fallut puiser dans les stocks

On dit qu’on a DÉSTOCKÉ à  SI > SF   (augmentation des charges)

20

 

 

603

Compte 603 créditeur signifie que les charges diminuent car une partie des achats n’a pas été vendue ou consommé en production. Il y a STOCKAGE à  SI < SF    (baisse des charges)

 

 

20

 

Règle de séparation des exercices :

Coût d’achat des biens vendus ou consommés = achats de l’exercice + variation des stocks

= charges du compte de résultat (correspond aux sorties)

 

  • variation des stocks de produits finis et d’en-cours

 

Les comptes 33, 34, 35 fonctionnent avec les comptes de variation de stocks 713.

 

713

Le compte 713 est créditeur, on a donc stocké (augmentation des produits). On remarque que stocker 20 augmente les productions de l’exercice de 20 dans le compte de résultat. En effet, ce dernier doit présenter toute la production de l’exercice et pas seulement les ventes.

 

20

 

713

Le compte 713 est débiteur, on a déstocké (baisse des produits), ce qui signifie que l’entreprise a vendu plus qu’elle n’a produit pendant l’exercice.

 

20

 

 

Règle de séparation des exercices :

Production de  l’exercice (à constater en produit dans le compte de résultat) 

= production vendue + production stockée

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site