Chapitre 3 : Le financement international des activités économiques

Chapitre 3 Le financement international des activités économiques

1. La globalisation financière

1.1 Qu’est-ce que la globalisation financière ?

La globalisation financière désigne un processus mondial d’intégration et d’unification des marchés financiers. Ce processus, qui s’inscrit dans celui de la mondialisation de l’économie, est caractérisé par trois types de transformations, couramment désignés par le sigle « 3D » :

– décloisonnement, amenant à supprimer notamment la segmentation des marchés financiers entre marchés de court terme et marchés de long terme ;

– dérèglementation, conduisant entre autres à supprimer les règles empêchant la libre circulation des capitaux ;

– désintermédiation, désignant la réduction des financements dit « intermédiés » qui obligeaient offreurs et demandeurs de fonds prêtables à passer par un intermédiaire, en général un établissement bancaire, pour être mis en relation.

1.2 Comment la globalisation financière s’est-elle développée ?

Le développement de la globalisation financière a été favorisé par différents facteurs. Tout d’abord par les politiques de libéralisation financière, dont l’objectif principal a été la suppression des obstacles à la libre circulation des capitaux. La suppression du contrôle des changes ou encore celle de l’encadrement du crédit en sont deux exemples centraux.

Ensuite, la généralisation du recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication a été un facteur déterminant en permettant une interconnexion immédiate de toutes les places financières et une mise en réseau de toutes les entreprises du monde ainsi qu’une circulation quasi instantanée de l’information au niveau planétaire.

Enfin, l’évolution démographique a aussi accentué cette évolution : le vieillissement de certaines populations et l’explosion démographique pour d’autres bouleversant les taux d’épargne, les besoins d’investissement et, de manière générale, les demandes et les offres de capitaux au niveau mondial.

2. L’efficacité du financement international des activités économiques

2.1 Quels sont les avantages attendus de la globalisation financière ?

Les avantages attendus de la globalisation financière sont nombreux. On attend tout d’abord qu’elle améliore l’allocation des ressources financières à l’échelle de la planète. En effet, la libre circulation des capitaux ainsi que la meilleure transmission de l’information doivent permettre aux capitaux d’aller vers le lieu où ils sont le mieux employés et donc de financer plus efficacement les pays, les secteurs et les entreprises les plus dynamiques et les plus prometteuses.

Cette meilleure répartition des ressources internationales devrait entraîner à son tour une augmentation de la croissance mondiale en général et de celle des pays en développement en particulier. Ainsi, in fine, cet accès facilité aux ressources financières devrait permettre aux pays en développement de voir leur richesse converger vers celle des pays développés.

Enfin, la concurrence internationale engendrée par la globalisation financière devrait amener les différentes places financières à innover pour attirer à elles les capitaux, en proposant notamment des instruments de couverture contre les risques à même de stimuler le commerce et la croissance économique.

2.2 Quels risques la globalisation financière comporte-t-elle ?

La globalisation financière n’est toutefois pas exempte de risques, lesquels peuvent être schématiquement classés en deux grandes catégories.

Il y a tout d’abord les risques de solvabilité, de contrepartie ou de crédit. Cette première catégorie est liée à la possibilité de défection des débiteurs dont l’insolvabilité peut mettre en péril les prêteurs. Si eux-mêmes, ce qui est très fréquent, sont en position débitrice vis-à-vis d’autres agents, la crise de solvabilité peut, par effet domino, se propager à l’ensemble de l’économie mondiale.

Il y a ensuite les risques de marché, directement liés aux cours des titres et à leurs variations, qui peuvent être importantes et erratiques. L’effondrement soudain des cours, suite par exemple à l’explosion d’une bulle spéculative, peut alors affecter gravement l’économie réelle.

Ces risques, qui, avant la globalisation financière, se propageaient moins et plus lentement à l’économie mondiale, conduisent aujourd’hui à une instabilité grandissante qui touche la totalité du système financier. Ils peuvent engendrer des crises graves conduisant au ralentissement de l’activité économique mondiale, voire à la récession ; c’est ce que l’on appelle le « risque systémique ».

Commentaires (1)

1. Juju 06/11/2013

cours complet merci !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site