chapitre 12 : rentabilité, structure financière, coût du capital

Chapitre 12 : RENTABILITÉ, STRUCTURE FINANCIÈRE, COÛT DU CAPITAL

 

I-              la rentabilité

 

La rentabilité se définit par un rapport du type : RÉSULTAT /  CAPITAL

 

Le résultat est en faite un indicateur de performance économique :

-        EBE

-        Résultat d’exploitation (RExp)

-        Résultat net comptable (RNC)

 

Le capital peut être saisi selon deux optiques :

-        origine du financement (ressource, passif)

-        ou l’emploi qui en est fait (actif)

 

La notion intéresse les gestionnaires, et les actionnaires de l’entreprise, ce qui nous amènera à distinguer deux aspects de la rentabilité : économique et financière.

 

A/ la rentabilité économique

 

  1. 1.      mesurée par les ratios

 

Ratio de rentabilité économique : résultat économique / actif économique

 

Peut être brute ou nette

 

Brute : EBE / Actif économique brut

Nette : RExp / actif économique net

(Actif économique : immobilisation d’exploitation + BFRE)

 

Le ratio de rentabilité économique brute :

-        exprime l’aptitude du capital économique à générer des ressources potentielles de trésorerie

-        est utile pour comparer les entreprises car il ne tient pas compte de la politique d’amortissement, de la politique de provision, des choix de financement.

-        Il est cependant influencé par l’évolution de l’intensité capitalistique.

 

Re = R.  Expl (1) /  (capitaux propres + dettes financières)

 

(1)    résultat avant charges d’intérêts et IS.

 

Est l’expression la plus courante de la rentabilité économique. Utilisée dans la démonstration de l’effet de levier.

 

  1. 2.      les facteurs explicatifs

 

Re = Résultat éco. / actif Eco.

 

= R. Expl. / CA (1) x CA / Actif Eco. (2)

 

(1)           : exprime la profitabilité d’exploitation, ce taux est généralement faible : 1 à 5%

(2)            : mesure l’efficacité du capital économique, c’est à dire son aptitude à générer du CA. (taux de rotation de l’actif économique)

 

(La rentabilité dépend en partie de la profitabilité)

 

Actif économique                   -->             CA             -->             profit (trésorerie potentielle)

                                            Efficacité(2)           profitabilité(1)

 

(Profit mesuré par : EBE, Résultat Net, Résultat d’exploitation…)

 

Pour améliorer la rentabilité économique, il suffit donc d’améliorer (1) et/ou (2) sans « dégrader » l’autre terme…

Ce qui n’est pas toujours aussi simple qu’il paraît.

 

Par exemple :

  • je peux chercher à augmenter la profitabilité en augmentant le résultat d’exploitation en augmentant les prix.

Mais augmenter les prix, peut entrainer une baisse de CA et donc une baisse de mon efficacité.

 

  • en période d’investissement : une hausse de l’actif économique entraine une hausse de CA à court terme et donc une baisse de l’efficacité.

Parallèlement, la profitabilité peut, elle, augmenter grâce à l’augmentation du résultat d’exploitation.

 

 

B/ la rentabilité financière

 

  1. 1.      mesure par les ratios

 

La rentabilité des capitaux propres :   RF = résultat net / capitaux propres

 

Cette rentabilité intéresse particulièrement les apporteurs de capitaux (les actionnaires)

 

  1. 2.      les facteurs explicatifs

 

On peut montrer que la rentabilité des capitaux propres dépend directement :

-        de la rentabilité économique

-        du cout de l’endettement

-        du taux de l’endettement

-        du taux d’imposition

La rentabilité financière dépend de l’endettement (cout et taux)

 

L’effet de l’endettement sur la rentabilité financière est appelé effet de levier.

 

  1. 3.      l’effet de levier financier

 

Si on appel :

-        Re : rentabilité économique

-        Rf : rentabilité financière

-        D : dettes financières

-        K : les capitaux propres

-        IS : le taux de l’IS

-        I : le taux d’intérêt moyen de la dette

 

effet de levier : Rf = (Re + (Re – i) x D/K ) x (1-IS)

 

Levier financier = (Re – i) x D/K (positif si Re > i)

Bras de levier : D/K

 

Exemple : les dirigeants de la SA Bras souhaitent créer une filiale chargée de prendre en charge une nouvelle activité.

L’EBE prévisionnel s’élève à 200 000€ et le taux d’IS est de 33,33%.

On doit financer les immobilisations d’exploitation (850 000€) et un BFRE de 150 000€

Trois structures de financement sont à l’étude :

  • structure n°1 : financement intégral par fonds propres pour un montant de 1 000 000€
  • structure n°2 : financement de 500 000€ par fonds propres, 500 000€ par emprunt à un taux moyen de 7%.
  • Structure n°3 : financement de 300 000€ par fonds propres, 700 000€ par emprunt à un taux moyen de 7%

 

Les prévisions s’avèrent très optimistes. Au bout d’une année, l’EBE dégagé n’est que de 85 000€.

En outre, la structure n°3 ayant été retenue, les emprunts ont été consentis au taux de 9%.

 

 

Structure 1

Structure 2

Structure 3

réel

Capitaux propres

1 000 000

500 000

300 000

300 000

Dettes financières

 

500 000

700 000

700 000

Résultat d’exploitation

200 000

200 000

200 000

85 000

EBE

200 000

200 000

200 000

85 000

Charge d’intérêt

0

35 000

49 000

63 000

Résultat net

(1) 133 333

(2) 110 000

100 667

14 667

Re (EBE / K+D)

20%

20%

20%

8,5%

Rf (R.net/K)

13%

22%

33,6%

4,89%

 

Taux d’emprunt (i)

 

7%

7%

9%

D/K (bras de levier)

 

1

2,33

2,33

Levier

 

0,13

0,30

-0,012

Rf

 

22%

33,6%

4,89%

 

(1)    : 200 000 – (200 000 x 33%)

(2)     : (200 000 – 35 000) x 66%

 

 

On remarque que le levier est positif si Re > i.

Dans ces conditions, Rf est d’autant plus élevée que D/K est élevé.

 

Dans le cas contraire, on parle d’effet de massue (colonne « réel »)

 

 

 

II-            la structure financière et la capacité de remboursement

 

La structure financière traduit la proportion des différentes sources de financement externes au passif (dettes et capitaux propres)

 

La structure financière s’apprécie à travers un certain nombre de ratios : 

 

Autonomie financière = dette financières / capitaux propres

Il traduit le risque financier (ne doit pas dépasser 1)

 

Endettement global = dette financière / total du passif

(Environ 2/3 du passif pour être équilibré)

 

Indépendance = capitaux propres / total du passif

(Doit être >1/3)

 

La capacité de remboursement s’apprécie à travers le ratio :

 

Capacité de remboursement = endettement / CAF

(Doit être <= 3 ans)

NB : endettement = dettes financières + CBC + EENE

 

III-          le cout du capital

 

Le coût moyen pondéré du capital (CMPC ou WACC en anglais) est le taux de rentabilité annuel moyen attendu, par les actionnaires et les créanciers, en retour de leurs investissements.

 

Le CMPC mesure ce que l’entreprise doit à tous ceux qui lui ont apporté des capitaux.

 

-        pour l’entreprise, c’est une aide au chois du mode de financement (sert de taux d’actualisation)

-        pour les associés, il apporte une information sur l’opportunité d’investir dans une entreprise.

-        Pour les créanciers, c’est une mesure du risque qu’ils prennent en faisant crédit à une entreprise.

 

Exemple : soit une entreprise dont le capital est composé à 60%de fonds propres et à 40% de dettes financières (en valeur de marché). Si le rendement exigé par les actionnaires est de 9% et l’intérêt de l’emprunt de 6%, alors le cout du capital est de 9% x 60% + 6% x 40% = 7,80%

 

En tenant compte de l’impot, le CMPC se définit mathématiquement comme suit :

CMPC = (E / V) x kE + (D / V) x kD x (1 – t)

 

-        E : fonds propres

-        D : fonds étrangers

-        V : valeur totale de l’entreprise (soit E+D)

-        kE : cout des fonds propres

-        kD : cout des fonds étrangers

-        t : taux d’impôt

En reprenant l’exemple ci-dessus, sous hypothèse de t = 30% on a,

9% x 60% + 6% x 40% x (1 - 0,3) = 0,0708 soit 7,08%

 

 

 

Voir aussi : fiches conseil pochette (page 155 et 179)

(Effet de levier, formule avec éléments net d’IS)

 

Rf = Re + (Re + i) x D/CP

 

 

Commentaires (1)

1. sodji (site web) 31/08/2017

Rituel pour faire revenir votre conjoint(e) à l’aide du vaudou

Vous êtes profondément affecté(e) parce que votre amour vous a quitté(e).
Votre vie n’a plus de saveur et vous vous sentez seul(e) et abandonné(e). Pourtant, vous restez persuadé(e) que votre amour est plus fort que tout et que vous pouvez encore éprouver l’un pour l’autre des sentiments très forts. Vous voudriez que l’être aimé s’en aperçoive également et revienne vers vous.
Voici le rituel pour faire revenir votre conjoint(e) à l’aide du VAUDOU.
Ce Rituel ancestral, que nous réalisons souvent, et toujours avec succès;il vous permettra de provoquer le retour de l’être aimé. Il se base sur la Magie traditionnelle et fait appel à toutes les forces de la Nature afin d’influencer son amour envers vous.La personne visée, poussée par des forces intérieures et extérieures n’aura qu’une idée en
tête : revenir vers vous, dans la joie et pour très longtemps…
Sans plus prendre du temps, veuillez contacter le grand Maédium marabout maitresodji.
Voici mes contactes:
Tel / whatsapp: +22998201725
Email: sokposalivaudou@outlook.fr
Site web: http://sokposalivaudou.wixsite.com/retour-affectif

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site