chapitre 6 : l'évaluation des sociétés

Chapitre 6 : L’ÉVALUATION DES SOCIÉTÉS

 

INTRODUCTION

 

Il existe plusieurs raisons de chercher à connaître la valeur d’une entreprise :

-       augmentation du capital (dirigeants)

-       volonté d’investissement (actionnaires actuel ou futur)

-       évaluation du portefeuille titres à la clôture de l’exercice

 

Il existe plusieurs façons d’apprécier la valeur d’une entreprise :

-       approche basée sur la valeur du patrimoine : chaque titre (action ou part) représente un droit de propriété sur une partie de l’actif

-       approches basées sur les revenus : chaque action ou part du capital va générer un résultat et/ou des dividendes dans le futur.

-       Approches basées sur l’offre et la demande pour les sociétés cotées

-       Autres méthodes dont certaines combinent les approches précédentes (multicritères)

 

I- les méthodes fondées sur la valeur du patrimoine

 

Principe : la valeur du patrimoine est représentée par les actifs, nets des dettes.

 

On réalise le bilan pour les valeurs comptables

On règle les dettes

 

Actif net = montant obtenu après la vente des actifs et le règlement des dettes

 

A/ la valeur mathématique comptable

 

VMC (valeur mathématique comptable)  =  Actif net comptable / nombre de titres

 

Actif net comptable = actif réel – dettes

 

  1. 1. l’actif réel

 

L’actif réel correspond à la valeur comptable des éléments d’actifs qui peuvent être cédés

 

L’actif réel exclut les actifs fictifs : éléments inscrit à l’actif pour des raison de technique comptable. On parle aussi de non valeur. (On ne peut pas réaliser ces éléments, leurs valeurs vénales est nulle)

 

Les actifs fictifs sont essentiellement :

-       les frais d’établissement

-       les primes de remboursement des obligations

-       les écarts de conversion – actif (partie non provisionnée)

 

l ‘actif réel peut alors se calculer de deux façons :

-       somme des actifs ayant une valeur vénale

-       total des actifs – actifs fictifs

 

Cf. : exemple

 

 

 

 

 

  1. 2. les dettes

 

Il s’agit :

-       des provisions pour risques (sauf provisions pour perte de change sui font partie des capitaux propres)

-       des dettes auprès des tiers

-       et des produits constatés d’avance

 

Cf. : exemple

 

  1. 3. actif net comptable (ANC)

 

ANC = actif réel – dettes

Ou

ANC = capitaux propres – actif fictif

 

Calcul des capitaux propres : tous les éléments de passif qui ne sont pas des dettes

 

CAPITAUX PROPRES

 

capital social

réserves

résultat

subvention d’investissement

provision pour perte de change

écart de conversion - passif

 

100 000

16 500

(4)5 000

2 000

800

1 200

total

125 500

 

Actif réel – dettes = 279 800 – 155 400 = 124 400

Capitaux propres – actif fictif = 125 500 – 1 100 = 124 400

 

Actif net comptable = 124 400€

 

  1. 4. la Valeur mathématique comptable (VMC)

 

VMC = actif net comptable / nombre de titres

 

Coupon attaché : avant affectation du résultat

 

124 400 / 2 000 = 62,20€

 

Ex coupon : après affectation du résultat

 

62,20 – (1500 /2 000) = 61,45€

 

B/ la valeur intrinsèque

 

 

La valeur mathématique intrinsèque est calculée en tenant compte des valeurs réelles des actifs et passifs.

On calculera en particulier un actif net comptable corrigé (ANCC)

 

(Valeur mathématique intrinsèque) Vmi = ANCC/nombre d’actions

 

 

  1. 1. actif net comptable corrigé (ANCC)

 

 

Actifs : évalués en tenant compte de plus ou moins values latentes

Passifs : les provisions pour R&C non justifiées considérées comme des réserves occultes, seront réintégrées aux capitaux propres.

 

La fiscalité latente pourra aussi être intégrée au raisonnement

 

Un impôt positif diminue la valeur du patrimoine, un impôt négatif accroit cette valeur (intégration de produits ou de charges)

 

Fiscalité différée (positive ou négative)

-       impôt sur les subventions d’équipement non encore incorporées au résultat

-       impôt sur provisions réglementées (sauf provision pour investissement)

-       impôt sur les frais d’établissement, frais d’acquisition des immobilisations, frais d’émission des emprunts.

 

 

  1. 2. exemple de calcul de l’ANCC

 

Valeur vénale

Valeur comptable

PV / MV

Construction

75 000

50 000

+ 25 000

Titres de participation

7 000

7 500

- 500

Plus values latentes

 

 

+ 24 500

 

élément

montant

Impôt latent

Frais d’établissement

1 000

+ 300

Actif

Subvention d’équipement

2 000

- 600

passif

solde

- 300

Actif net comptable (ANC)

124 000

+ PV latente

+ 24 500

+ réserves occultes

+ 200

= ANCC

149 100

- impôt latent

- 300

ANCC avec prise en compte de la fiscalité différée

148 800

 

Autre méthode :

 

Actif réel en valeur comptable

279 800

+ PV – MV

+ 24 500

= actif réel en valeur vénale

= 304 300

- dettes

- 155 000

- provisions pour R&C justifiées

- 200

= ANCC

149 100

- impôt latent

- 300

ANCC avec prise en compte de la fiscalité différée

148 800

 

 

 

  1. 3. la valeur mathématique intrinsèque

 

Vmi coupon attaché : 148 800/ 2000 = 74,40€

Vmi « ex-coupon » = 74,40 – (1 500/2000) = 73,65€

 

C/ pertinence de ces méthodes

 

  • Ø Intérêt : simplicité
  • Ø Inconvénients :

-       certains éléments donnant de la valeur n’apparaissent pas au bilan (ex. savoir-faire du personnel)

-       en cas de liquidation, la valeur de revente des actifs est très aléatoire.

 

II- les méthodes basées sur les flux de revenus

 

Principe : l’entreprise a une valeur parce qu’elle génère un revenu qui sera perçu par le détenteur des titres, considéré comme un investissement

 

Revenu = dividendes pour un investisseur qui recherche une rentabilité à CT pour son placement.

Ou

Revenu = résultat courant pour un investisseur sensible aux perspectives de développement à MT/LT.

 

Dans tous les cas l’investisseur raisonnera sur la base d’un taux de rendement souhaité pour son placement.

 

Ce taux est constitué d’un taux de référence augmenté d’une prime de risque.

 

(+ Préférence en liquidité – Keynes )

 

A/ la valeur financière (vf)

 

Vf = dividendes par action / taux de rendement souhaité

 

Dividendes par action = 1 500 / 2 000 = 0,75€

Vf = 0,75 / 0,085 = 8,82€

 

B/ la valeur de rendement (Vr)

 

Vr = bénéfice par action / taux de rendement souhaité

 

Bénéfice par action = 5 000 / 2 000 = 2,5€

Vr = 2,5 / 0,085 = 29,41€

 

C/ pertinence de ces méthodes

 

La Vf et la Vr correspondent bien aux préoccupations de l’actionnaire :

-       rentabilité (Vf)

-       perspective de plus-values (Vr)

la Vf pénalise toutefois les entreprises qui choisissent d’autofinancer, ce qui diminue la distribution de dividendes.

Elles financent ainsi pourtant leur croissance et limitant leurs charges financières ce qui est une garantie de résultats futurs et offre des perspectives de plus-values.

 

La fixation du taux de rendement souhaité, forcément un peu arbitraire, constitue une limite à la pertinence de la Vf et de la Vr.

 

III- l’évaluation par le marché : la valeur boursière

 

A/ principe de fonctionnement

 

Le cours du titre évolue chaque jour en fonction de l’offre et la demande

 

Offre et demande sont influencées par les perspectives de dividendes et de plus-values sur titres.

 

Ces données sont liées :

-       au contexte économique général

-       au contexte sectoriel

-       à la société elle-même (gouvernance, capacité à innover, personnel, notoriété de la marque)

 

B/ capitalisation boursière et PER

 

Capitalisation boursière  = cours du titre  x  nombre de titres

 

PER (price Earning Ratio = Coefficient de capitalisation boursière)

 

PER = cours moyen de l’action / bénéfice par action

 

Capitalisation de Youpla = 2 000 x 12 = 24 000€

PER = 12,25 / 2,5 = 4,9

 

Plus le PER est élevé plus le titre sera considéré comme cher.

 

C/ limites de l’évaluation par le marché

 

Taille du marché : un volume d’échanges trop restreint peut entrainer une sur-évaluation  ou une sous-évaluation des titres.

 

Spéculation possible

 

Des événements conjoncturels peuvent fortement faire varier les cours des titres sur une courte période.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple :

 

Le bilan schématique de l’entreprise Yopla se présente comme suit au 31/12/N :

 

ACTIF

PASSIF

Actif immobilisé

-       immobilisations incorporelles (1)

-       immobilisations corporelles

-       immobilisations financières

actif circulant

-       stocks

-       créances

-       disponibilités

 

écarts de conversion – actif (2)

 

8 000

125 000

52 000

 

5 000

85 000

5 000

 

900

 

Capitaux propres

-       capital social

-       réserves

-       résultat

subvention d’investissement

provision pour R&C

dettes auprès des établissements de crédit

dettes fournisseurs et diverses

écart de conversion - passif

 

 

(3)100 000

16 500

(4)5 000

2 000

(5)1 200

110 000

 

45 000

1 200

total

280 900

total

280 900

 

(1) : frais d’établissement : 1 000€

(2) (5) : provision de 800€

(3)  : 2 000 action de 50€

(4)  : dividendes 1 500€

 

Informations complémentaires :

Le résultat de Youpla ne comprend aucun élément exceptionnel.

Le taux de rendement souhaité par un investisseur éventuel est estimé à 8,5%

Le cours moyen de l’action sur la période est de 12,25€

Le cours de l’action au 31/12 est de 12€

La valeur réelle d’un immeuble, inscrit au bilan pour un montant net de 50 000€ est de 75 000€.

Les immobilisations financières comprennent un portefeuille de titres d’une valeur de 7 500€

Il semble réaliste d’estimer la valeur de revente de ce portefeuille à 7 000€

200€ de provisions pour R&C sont injustifiés

le taux d’IS est estimé à 30% par simplification

on tiendra compte de la fiscalité latente sur frais d’établissement et subvention d’investissement.

 

Actif total

280 900

Actifs fictifs :

-       écarts de conversion (non provisionné)

-       frais d’établissement

 

-  100

-  1 000

Actif réel

279 800

Dettes :

-       provision pour risque (1 200 – 800)

-       dettes fournisseurs

-       dettes auprès des ét. De crédit

total des dettes

-   400

-   45 000

-   110 000

155 400

Actif net comptable

124 400

Nombre d’action

 

 

2 000

Valeur mathématique comptable (VMC)

62,20

 

 

 

 

 

Autre méthode calcul de l’actif réel :

 

Actif réel = somme des actifs ayant une valeur vénale

immobilisations incorporelles  (8 000 – 1000)

7 000

immobilisations corporelles

125 000

immobilisations financières

52 000

stocks

5 000

Créances

85 000

Disponibilités

5 000

Ecart de conversion (provisionné)

800

Actif réel

279 800

 

Commentaires (2)

1. Renaud dominique Mme 08/02/2014

j aimerais bien avoir ce cours sous word SVP
merci

2. Jaf 17/01/2015

Cours très bien éxposer

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site